Grâce au packaging, le monde est bien organisé. Que l’on parle de M&M’s, de couches pour bébé ou de bière de premier choix, les emballages des produits que l’on consomme ne sont pas anodins.

ultimate-guide-product-packaging

Mais c’est quoi au juste, le packaging ? Il s’agit tout d’abord d’un outil pratique, oui (sans une bouteille, comment feriez-vous pour boire votre bière fraîche ?) Mais c’est aussi bien plus que ça. Comme tout bon design, les emballages racontent une histoire. Le packaging a également affaire avec notre perception sensorielle, et nous sommes plus ou moins séduit à la vue, au toucher et au son (et parfois même à l’odeur et au goût) de tel ou tel emballage. Tous ces éléments nous aident à comprendre l’utilité du produit que nous achetons, son fonctionnement et surtout, si nous devrions l’acheter ou pas.

Dans cet Ultime Guide du Packaging, nous allons voir comment créer un design qui évoque le message que vous voulez faire passer.

Sommaire:

Avant de se lancer dans le design de votre packaging

3 questions cruciales

Il y a trois questions cruciales auxquelles vous devez répondre avant de vous lancer dans la création de l’emballage d’un produit :

  1. De quel produit s’agit-il ?
  2. Qui achète ce produit ?
  3. Comment les consommateurs achètent-ils ce produit ?

Explorons ces questions d’un peu plus près.

nuala packaging design
by Martis Lupus

1. De quel produit s’agit-il ?

Ce n’est pas une question piège, mais une question tout simplement facile. Qu’est-ce que vous vendez ? Est-ce que l’objet est volumineux ? À partir de quels matériaux votre produit est-il fabriqué ? Est-ce que c’est fragile ?

Cela va vous permettre de déterminer les impératifs d’emballage imposés par votre produit. Un produit fragile nécessite un emballage plus sécurisé, un produit aux dimensions non standard appellera un emballage sur mesure, etc.

2. Qui achète ce produit ?

Votre produit est-il destiné aux hommes ? Aux femmes ? Aux deux ? Ou encore aux enfants ? Ciblez-vous les consommateurs soucieux de l’environnement ? Aux personnes aux revenus modestes ? Ou s’agit-il d’un produit de luxe destiné aux plus privilégiés ?

L’emballage de votre produit doit séduire le consommateur idéal que vous ciblez. Il est important de connaître le profil de ce consommateur type avant de commencer à créer l’emballage de votre produit. Si votre audience cible est d’un certain âge, il sera judicieux d’utiliser une police de caractère plus grande, par exemple. Aussi, si vous êtes dans l’industrie du luxe, il vous faudra choisir des matériaux de qualité.

3. Comment les consommateurs achètent-ils votre produit ?

Vont-ils au supermarché ? Dans une boutique du centre ville ? Sur internet ?

Cet aspect va également influencer le design de votre emballage : il vous faudra quelque chose de robuste pour les produits vendus sur internet et envoyés par la poste, et ne pas laisser trop d’espace vide pour qu’ils ne s’abîment pas pendant le transport. Au contraire, les produits destinés à être exposés dans une boutique ou sur un rayon de supermarché voudront se démarquer des autres et attirer l’attention avec un emballage tape-a-l’oeil.

Vous avez répondu à ces trois questions ? Parfait. Vos réponses vont vous servir de guide tout au long du processus de création et vous aideront à prendre les (nombreuses) décisions qui vous attendent.

Vous n’êtes pas encore tout à fait certain des réponses à chacune de ces questions ? Vous n’êtes probablement pas encore prêt à vous lancer dans le design de votre packaging. Pas de panique ! Il vaut mieux prendre son temps et créer un packaging efficace que se précipiter et le regretter plus tard.

Les informations à réunir

Pré-requis de la marque

Il se peut que votre produit soit un produit « autonome ». Mais s’il a été créé pour représenter une marque déjà établie, l’emballage que vous choisirez devra s’harmoniser avec l’identité visuelle de cette marque. Aurez-vous d’avoir toutes ces informations sous la main avant de vous lancer :

  • Couleurs

Si vous avez, prenez bonne note des références CMJN ou Pantone (PMS) des couleurs de la marque (ou le code Hex, à défaut).

  • Police de caractères

Assurez-vous d’avoir les bonnes polices de caractères, ainsi que leur guide d’utilisation (crénage, poids, etc.)

  • Logo

Si vous devez faire apparaître un logo sur l’emballage, assurez-vous d’avoir le fichier vectoriel de ce logo à disposition.

99designs font guidelines

Contenu qui doit figurer sur l’emballage

Le texte qui figurera sur votre emballage est par essence unique à votre produit, mais il doit dans tous les cas être décidé avant que le processus de création du design commence. Notez que, selon le secteur dans lequel vous êtes, il se peut que vous ayez des obligations légales à respecter ici.

Vous aurez peut-être besoin de :

  • Une copie rédigée

Avec le nom et la description de votre produit, votre pitch commercial, etc.

  • Images

Vous voulez mettre une photo sur votre emballage? Sélectionnez-la avant de commencer le design.

  • Pré-requis

Selon votre produit et votre secteur d’activité, vous devrez peut-être faire figurer un code-barre, des informations nutritionnelles, etc., sur votre emballage.

  • Informations temporaires

Certains produits (alimentaires, cosmétiques, etc.) doivent indiquer clairement une date de péremption par exemple, qui sera différente selon le lot. Ces informations ne doivent pas figurer sur votre emballage de manière permanente, mais vous devez y penser à l’avance pour leur allouer un espace sur votre design, sur lequel vous ajouterez plus tard un tampon ou un autocollant avec ces informations.

product packaging copy and images
by Martis Lupus

Style

Vous feriez bien de faire des recherches avant de vous lancer dans le design de votre packaging. Commencez par rassembler les packagings que vous trouvez et que vous aimez bien. Par exemple, prenez des photos lorsque vous êtes au supermarché et/ou créez une planche sur Pinterest.

N’oubliez pas que vous n’êtes pas obligé d’aimer tous les éléments de tel ou tel design. Par exemple, vous aimerez peut-être la couleur du t-shirt de votre grand-mère, ou le motif des rideaux de votre tante, ou encore la police de caractères de la devanture d’une pizzeria. Aussi, n’oubliez pas que ça n’est pas à vous que le design doit plaire, mais a votre audience cible. Vous aimez peut-être les designs vintages, mais si vous vendez des minis blousons en cuir destinés aux enfants des bikers les plus hardcore des environs, ça n’est peut-être pas le meilleur choix…

Ce travail vous donne également l’occasion de commencer à réfléchir aux matériaux. Vous n’êtes pas obligé de prendre une décision tout de suite, mais profitez-en pour regarder les différentes options qui existent.

Budget

Il existe deux types de budgets en packaging produit :

  1. Coûts uniques
  2. Coûts par article

Dans les coûts uniques, on comptera le coût du design, l’achat d’un tampon (si nécessaire), la préparation des plaques d’impression (pour les grandes impressions offset)… Ce sont des frais que vous payez en avance et normalement, une seule fois (à moins que vous ne changiez de design).

Le coût par article correspond en général au prix des matériaux ainsi qu’à la main d’oeuvre nécessaire. Chaque emballage coûtera un certain prix, tout comme le papier de protection que vous mettrez à l’intérieur de la boîte pour protéger votre produit ainsi que le scotch que vous utilisez. Et bien sûr, vous devrez également payer la personne qui assemblera le tout ou le faire vous-même.

Évaluer le budget approximatif que vous souhaitez dédier à ce projet avant de commencer le design. N’oubliez pas que d’investir un peu plus est parfois plus profitable que de faire au moins cher. Par exemple, des matériaux de qualité pourront vous assurer une clientèle plus aisée (et donc un prix de vente plus élevé) et vous démarquer de vos concurrents.

Le processus de création de votre packaging en 7 étapes

Une fois que vous avez réuni toutes ces informations, vous pourrez enfin commencer la partie la plus agréable : la création du design !

Vous vous souvenez que votre packaging doit raconter une histoire ? Les décisions que vous allez prendre au cours du processus de création vont vous aider à raconter cette histoire.

1. Les différentes couches de packaging

Il y a trois « couches » dans le packaging : le packaging extérieur, le packaging extérieur et le packaging du produit. Votre produit aura besoin d’une seule ou de toutes ces couches à la fois.

Le packaging extérieur est la première chose que le client va voir. C’est l’emballage qui protège votre produit du vent et de la pluie. Il peut s’agir de la boîte dans laquelle votre produit est posté ou le sac plastique (en papier !) dans lequel il est transporté.

crinkle paper
via Lumi

Le packaging intérieur est l’emballage dans lequel votre produit est délicatement conservé, à l’intérieur de la première couche. Il s’agit par exemple du papier bulle que vous mettez à l’intérieur de la boîte pour éviter que votre produit ne s’abîme

Le packaging du produit est ce à quoi la plupart des gens pensent lorsque l’on parle de packaging : la boîte dans laquelle le produit est contenu, la bouteille avec son étiquette, le papier des bonbons.

Chacune de ces couches d’emballage vous donne une occasion de raconter une partie de votre histoire.

2. Choisir le bon type d’emballage

Il existe de nombreuses options pour emballer votre produit :

Choisir entre une boîte et une bouteille peut paraître évident… Mais ça ne l’est pas toujours.

Voici quelques exemples qui vous feront réfléchir aux éléments importants à prendre en considération lorsque vous choisissez un certain type de packaging pour votre produit :

  • Le produit
    On en revient toujours à ça ! Si votre produit est liquide, vos options seront a priori plutôt limitées. Mais ne bridez pas votre imagination pour autant. Prenez exemple sur Capri Sun : ils ont bouleversé l’industrie du jus de fruit en optant pour un sachet plutôt que pour une bouteille. Il en va de même pour Go-Gurt qui a préféré un emballage souple au pot habituel pour ses yaourts.
aqua rose bottle
Faire faire une bouteille sur mesure vous coûtera beaucoup plus cher qu’une bouteille standard. Réalisé par cabinet pour Bryson Ishii.
  • La concurrence
    Est-ce que tous vos concurrents ont choisi de vendre leur soupe dans une boîte de conserve ? Dans ce cas-là, réfléchissez-y a deux fois avant de prendre une décision. D’un côté, vous vous démarquerez des concurrents en optant pour un autre emballage, mais d’un autre, les consommateurs sont habitués à acheter leur soupe dans des boîtes de conserve. Aussi, les supermarchés ont l’habitude de stocker des boîtes de conserve dans leur rayon soupe, et pas autre chose. Ce qui veut dire que vous allez peut-être devoir vous battre deux fois plus pour vendre votre produit.
  • Le budget
    Vous avez peut-être eu une idée de génie et avez décidé de vendre votre grigri astrologique dans des boîtes en forme d’étoile. Mais si vous aviez prévu de dépenser 0.50 € par article, ça ne sera probablement pas possible. N’oubliez pas votre audience cible : si vos grigris sont vendus à 12 € pièce, une boîte carrée toute simple fera sûrement l’affaire. Mais s’il s’agit de grigris faits main dans un métal précieux vendus 100 € pièce, il sera peut-être plus intelligent d’investir dans un emballage unique en forme d’étoile…

3. Contacter son imprimeur

Vous ne commencerez à imprimer qu’après avoir terminé le design de votre emballage. Mais vous devriez commencer à y réfléchir bien avant ça ! Non seulement le fait de contacter votre imprimeur vous permettra de définir les coûts d’impression avec certitude, mais vous obtiendrez également des informations spécifiques qui pourront aider votre designer à bien préparer ses fichiers.

Voici quelques-unes des informations à recueillir :

Pyramid top box with dyeline
via Packaging & Dielines
  • Tracé de découpe
    Si vous comptez imprimer un emballage ou une étiquette avec des dimensions standards, votre imprimeur devrait être en mesure de fournir un modèle à votre designer.
  • Format des fichiers
    Votre imprimeur aura besoin d’un fichier vectoriel. Est-ce qu’il préfère que les couches apparaissent sur ce fichier ? A-t-il besoin que les lignes de découpe soient visibles ? Votre designer doit être en mesure de fournir un fichier prêt pour impression — généralement au format .ai (Adobe Illustrator), .psd (Photoshop), .pdf ou .eps. Si vous n’avez pas les bons logiciels, il est possible que vous ne puissiez pas ouvrir ces fichiers vous-même, mais votre imprimeur, lui, pourra. Votre graphiste vous donnera également une maquette visuelle au format .png ou .jpg (que tout le monde peut ouvrir). Repérez bien les formats pour pouvoir donner les bons fichiers aux bonnes personnes.
  • Couleurs
    Certains imprimeurs sont capables de reproduire n’importe quelle couleur Pantone. D’autres (surtout les moins chers) n’auront qu’une palette de couleurs limitée à vous proposer.
  • Impression numérique versus impression offset
    Quel type de fichier votre imprimeur utilise-t-il ? S’il fait de l’offset, quel est le nombre minimum de copies que vous pouvez commander ? Le prix par pièce est-il dégressif en fonction de nombre d’impressions que vous commandez ?

4. Créer une architecture de l’information

Vous vous rappelez des trois premières questions essentielles et surtout, à la description de votre client type et de la manière dont il va acheter votre produit ? Vous allez vous servir de votre réponse pour organiser l’information de votre emballage.

Vous avez peut-être réuni de magnifiques photos de votre produit en pleine action, le témoignage d’un client qui explique à quel point vous êtes génial, ou encore un tableau qui représente l’utilisation que vos clients font de votre produit. Mais les consommateurs ne se rappelleront probablement que d’une seule chose après avoir regardé votre packaging. De laquelle voulez-vous qu’il s’agisse ?

Choisissez la chose la plus importante. Celle à laquelle vous voulez que vos clients pensent en regardant votre produit. Et c’est cet élément-là qui doit être au centre de votre design.

Vous pouvez ensuite ajouter deux ou trois autres éléments que vos clients auront le loisir de regarder une fois qu’ils auront pris en main votre produit (ou cliqué sur un lien), et qui les encourageront à faire un achat. Voyons quelques exemples :

5. Evaluer un design de packaging

Vous avez de bonnes idées ? Il est temps de donner son avis. Voici les points importants à prendre en considération :

  1. 1. Est-ce que l’on comprend bien à quoi sert le produit en regardant l’emballage ?
  2. Est-ce que l’on comprend bien à quoi sert le produit en regardant l’emballage ?
fabuloso
Mmmm… looks like some delicious fruit soda. Except it’s not. It’s a cleaning product. It’s important to ensure that your product packaging not tell the wrong story. Via Acosta Design.
  1. 2. Le packaging représente-t-il votre produit avec honnêteté ?
    L’une des pires choses que vous puissiez faire est de mal représenter votre produit.N’utilisez que des photos de votre produit sur votre packaging. Bien sûr, choisissez les plus avantageuses, mais si vous montrez une photo de muffins remplis de raisins et que vos muffins n’en contiennent qu’un seul pièce, vos clients vont se sentir trahis (et ne reviendront probablement plus chez vous).
not-enough-raisins
The packaging on this product is clearly misleading. Where are the rest of the raisins? Via Funtasticus.com
  1. A quoi ressemblera le packaging 3D?
    Votre graphiste devrait vous fournir deux maquettes de votre design, la première destinée à l’impression (en 2D) et l’autre, en 3D. Vous pouvez également créer vos propres maquettes en imprimant votre design sur du papier, puis en assemblant les différentes parties. En faisant cela, vous remarquerez des détails que vous n’aviez pas vus avant. Il arrive parfois qu’un design soit plaisant à plat, mais qu’il ne soit pas satisfaisant en 3D (et vice versa). Faites bien attention à ces différences.
  2. A quoi ressemblera votre packaging en magasin?
    L’effet que provoque un emballage une fois dans les rayons est très important. Faites attention à :
    • Est-ce que l’ensemble du packaging sera visible ? Lorsque les produits sont rangés les uns à côté des autres, on ne voit généralement plus qu’une seule face de l’emballage pour chaque produit. Assurez-vous que l’information la plus importante se trouve sur le devant et au milieu.

     

    • À quoi votre packaging ressemblera-t-il une fois que tous ces autres produits se retrouvent à côté de lui ? Est-ce que cela crée un effet particulier ? Est-ce que cet effet est voulu ?

     

    • Comment votre packaging se compare-t-il par rapport à ceux de vos concurrents ? Rendez-vous dans les magasins où votre produit sera vendu et observez l’endroit où il sera entreposé. Les produits sont-ils tous de la même couleur ? Comment allez-vous faire pour que le vôtre ressorte du lot ?
shampoo packaging on a shelf
via Trending Packaging
  1. Ce design est-il polyvalent?
    Même si pour l’instant vous ne proposer qu’un seul parfum des confitures de votre grand-mère, peut-être que dans le futur vous voudrez lancer toute la collection. Votre design pourra-t-il s’adapter à ces nouveautés ?
vegan jerky packaging flavors
by Mj.vass for Louisville Vegan Jerky Co
  1. Pouvez-vous ré-utiliser / décliner ce design?
    Cet aspect n’est peut-être pas crucial pour tous les produits, mais il est intéressant de se poser cette question. Par exemple, votre sac peut-il être réutilisé pour faire des courses ? Si vous proposez des gants de jardinage, la boîte d’emballage peut-elle être réutilisée pour faire pousser des plantes ? C’est intelligent et fonctionnel !

6. Demander l’avis de son entourage

Avant de prendre une décision ferme pour le design de voter packaging, demandez l’avis des actionnaires de votre entreprise et de personnes qui n’ont jamais entendu parler (ou utilisé) de votre produit.

Même si vous demandez à votre voisin, vous apprendrez quelque chose. Posez-leur ces questions :

  • À quoi sert ce produit ?
  • Qui est censé acheter ce produit ?
  • Quel est le message principal que vous comprenez en regardant l’emballage ?

Leurs réponses vous aideront à déterminer si votre packaging exprime bien le message que vous souhaitez. Si ce n’est pas le cas, discuter avec votre designer pour trouver de solutions adaptées.

7. Récupérer les fichiers aux bons formats

Vous avez enfin trouvé le design parfait. Félicitations !

Vous pouvez maintenant reprendre les informations que vous a données votre imprimeur afin de vérifier que vous avez tous les bons fichiers en main. Vous aurez probablement besoin de :

  • Les tracés de découpe du packaging au format vectoriel. Il s’agira probablement d’un fichier Adobe Illustrator (.ai), .pdf ou .eps. Il vous en faudra un pour chaque variation de votre design (donc un fichier pour chaque parfum de confiture, etc.)
  • Codes couleur. Si votre imprimeur est en mesure de reproduire n’importe quelle couleur, assurez-vous d’avoir les références Pantone ou CMJN pour que le résultat final soit exactement comme vous vous y attendiez.

Petit glossaire du packaging

Voici un petit guide pour vous aider à naviguer à travers les termes les plus utilisés en design de packaging :

Fichier Adobe Illustrator (AI) — Adobe Illustrator est un logiciel de design utilisé pour créer des images vectorielles (ce dont vous aurez besoin pour imprimer votre design). Les fichiers créés par ce logiciel portent l’extension .ai et ne peuvent être ouverts qu’avec ce logiciel. (Si vous ne le possédez pas vous-même, pas de panique ! Votre Imprimeur, lui, l’aura.)

Code-barres (UPC et EAN) — Les code-barres correspondent à ce groupement de lignes verticales qui se trouve sur toutes les marchandises quelles qu’elles soient. Ces code-barres comportent des données lisibles par un ordinateur, lesquelles apportent des informations sur le produit en question, y compris son prix. Il existe différents types de code-barres, dont les code-barres UPC (Universal Product Code) qui sont prédominants en Amérique du Nord, et les code-barres EAN (International Article Number — a l’origine European Article Number, d’où la lettre E) qui sont utilisés dans le monde entier. Il est judicieux de faire une demande de code-barre avant de commencer à travailler sur le design de son packaging.

Fond perdu — En imprimerie, on ajoute un fond perdu aux designs lorsque ces derniers arrivent jusqu’au bord du papier (ou de la boîte, etc.) Dans ces cas-là, les graphistes ajoutent une zone de sécurité (le fond perdu) pour permettre une petite marge d’erreur au cas où la coupe déborde un peu du tracé prévu.

Canister — Une boîte cylindrique, généralement en métal, servant à conserver de la nourriture ou des produits chimiques.

CMJN / CYMK — Acronyme de Cyan, Magenta, Jaune et Noir. Ce sont les quatre couleurs utilisées en imprimerie. Chaque couleur a « un code » CMJN que les imprimeurs utilisent pour reproduire la couleur sur papier telle qu’elle apparaît sur votre design.

Tracé de découpe — Il s’agit du design de votre emballage, à plat. Les graphistes et les imprimeurs s’en servent pour créer la forme du packaging.

EPS — Acronyme pour Encapsulated PostScript. Il s’agit d’une extension de fichier pour les images vectorielles. Ces fichiers ne peuvent généralement être ouverts qu’avec les logiciels de design spécialisés.

Impression numérique — C’est l’une des techniques modernes d’impression où l’information contenue dans un fichier est envoyée électroniquement à une imprimante et où chaque morceau du packaging est traité individuellement. L’impression numérique est avantageuse pour les petites quantités et parce que cette technique prend moins de temps. Pour les grosses quantités, l’impression offset, plus traditionnelle, est souvent plus avantageuse.

Impression offset — Il s’agit d’une technique d’impression pour laquelle des plaques sont créées en quatre couleurs (CMJN) pour votre design. Ces plaques sont ensuite placées à l’intérieur d’une grande imprimante industrielle. Les coûts de préparation peuvent être élevés pour ce type d’impression (car il faut créer les plaques), mais c’est une solution souvent avantageuse pour les gros volumes (plus de 1000 pièces généralement).

Pantone — Pantone est l’entreprise qui a créé le Pantone Matching System (PMS). Il s’agit d’un catalogue de couleurs standards utilisées en imprimerie. Un numéro est assigné à chaque couleur, qui peut être reproduite quasiment à l’identique sur n’importe quelle imprimante.

PDF — Acronyme pour Portable Document Format. C’est un format de fichier polyvalent qui peut s’adapter aux images vectorielles tout comme aux images rasters (mais il vous faut du vectoriel en packaging !), et peut comprendre du texte et des images. Les PDFS peuvent être ouverts par à peu près tous les ordinateurs.

Fichier raster — Les images rasters sont constituées de milliers de tout petits points (pixels). C’est pour cette raison qu’il n’est pas facile de changer les dimensions de ces images.

RVB — Acronyme pour les trois couleurs primaires avec lesquelles on peut créer n’importe quelle autre couleur par synthèse additive) : Rouge, Vert, Bleu. Les codes RVB (ou codes hex) servent à identifier les couleurs dans un environnement numérique. Ces codes peuvent être traduits en CMJN ainsi qu’en code couleur Pantone pour l’imprimerie.

Fichier vectoriel — Les images vectorielles sont constituées de lignes (vecteurs). Grâce à cela, elles peuvent être redimensionnées sans perdre en qualité.

Les recommendations de 99designs

Vous êtes prêt à vous lancer dans la création de votre packaging? Voici les entreprises avec lesquelles nous avons travaillé et que nous pouvons vous recommander sans hésitation :

Pour créer le design de votre packaging :

99designs (vous allez bien nous autoriser ça quand même, n’est-ce pas ?)

Pour les boîtes, colis et cartons :

Lumi

Packlane

Pour les étiquettes et papiers d’emballage :

Printing for less

Pour les autocollants :

Sticker Mule

Lancez votre concours de packaging design dès aujourd’hui !