Lire un roman de Haruki Murakami est une véritable expérience d’immersion. Les trous noirs mènent à des univers alternatifs, les chats parlent japonais et les femmes disparaissent sans laisser de traces. Mieux encore, vous n’avez même pas besoin de commencer à lire la première page pour vous retrouver dans un monde complètement surréaliste : les couvertures des ouvrages de Murakami sont devenues les symboles de ses récits.

Les livres de Murakami ont été initialement publiés en japonais, la langue maternelle de l’auteur, et ont ensuite été traduits dans plus de 50 langues. Les éditions américaines ont profité de l’occasion pour créer de nouveaux design pour les couvertures des ouvrages, réalisés par les graphistes américains John Gall et Chip Kidd.

Regardons de plus près quelques-unes des plus belles couvertures des ouvrages de Murakami, et analysons ensemble les différents thèmes qui y sont abordés, pour vous aider à trouver l’inspiration pour votre prochain design.

Livres de poche

1997 – Couvertures des livres de poche de Murakami

En 1997, le graphiste John Gall, spécialisé en couvertures de livres vintages, a créé un look universel pour tous les livres de poche de Murakami : douze designs évocateurs du pop art, du symbolisme japonais et d’une certaine nostalgie sentimentalisée, collés ensemble de manière osée et inoubliable.

Photographie vintage

Murakami joue avec la notion de temps dans ses romans.

Par exemple, dans Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, le protagoniste se rappelle de son enfance, et son passé s’entremêle tout à coup à son présent. Dans Kafka sur le rivage, un adolescent s’enfuit de chez lui et croise le chemin d’un vieillard étrange qui l’entraîne dans un univers parallèle. La course au mouton sauvage est un récit hybride entre mythologie et mystère qui voit le protagoniste partir dans une quête surréelle entre tradition nippone et modernité.

Les photographies associées aux éléments plus modernes dans les designs de Gall illustrent bien la manière dont Murakami joue avec les notions de passé et de présent. En réalité, Gall a trouvé ces vieux clichés jaunis de jeunes gens dans de vieilles publicités japonaises. Toutes ces images laissent aux lecteurs une impression de nostalgie, de mystère et de sentimentalisme qui les aident à visualiser les protagonistes de chaque récit, qui ont souvent un certain penchant pour le jazz et le whiskey.

Techniques Pop Art

Les personnages des romans de Murakami adorent la culture pop occidentale. Ses mondes sont saturés de références à la musique, la littérature et à l’art de l’Occident.

La Ballade de l’impossible (Norwegian Wood en anglais) tient son titre de la célèbre chanson des Beatles du même nom (en anglais), qui se trouve justement être l’une des chansons préférées du protagoniste. Les Beatles ont également joué un rôle majeur dans Les Amants du Spoutnik, au même titre que l’auteur du mouvement Beat Jack Kerouac. La chanson Little Red Corvette de Prince fait aussi une apparition dans Kafka sur le rivage.

Murakami a également admis que Bob Dylan était son musicien préféré, et celui-ci fait d’ailleurs une apparition dans La Fin des temps.

Les collages de Gall reprennent les éléments graphiques du Pop art, comme les points Benday, les formes japonaises vintages très colorées, et la photographie, de sorte à créer un fascinant mélange entre les esthétiques occidentale et orientale.

On peut voir que des éléments clés de la musique pop de La Ballade de l’impossible se retrouve dans le design de la couverture : deux cercles violets qui rappellent les lunettes de John Lennon, ainsi qu’un rouge à lèvres rose vif qui fait référence aux impressions Pop Art de Marilyn Monroe réalisées par Andy Warhol. Dans le même esprit, le visage pixelisé de la femme (également présent sur la couverture de Kafka sur le rivage) rend hommage à la technique du peintre Roy Lichtenstein.

La couverture des Amants de Spoutnik est un collage Pop Art d’images de guerre et de politique arrangées pour recréer la forme du célèbre satellite. Par ailleurs, le fort contraste stylisé de la couverture de Danse, danse, danse évoque l’univers Marvel des années 60 ainsi que le style des peintures de Lichtenstein.

2015 – Couvertures des livres de poche de Murakami

En 2015, Gall recrée cette même série de couvertures pour les ouvrages de Murakami dans le but de les intégrer à une carte abstraite qui documente les mondes surréalistes de Murakami.

via John Gall

La série la plus récente des couvertures réalisées par Gall se caractérise par des fonds en couleur, des lignes complexes et des découpages originaux. Si ces couvertures-là traitent moins que la série précédente des récits qu’elles représentent, ces grands designs sont très évocateurs du style et des thèmes abordés par Murakami. La composition en puzzle des couvertures transforme la série en un véritable objet de collection, ce qui est rare pour des livres de poche.

Regardez les ingénieux détails dans l’icône de Danse, danse, danse, qui lient l’ouvrage à La Course au mouton sauvage une fois placé dans le puzzle. Ce sont les détails de ce genre qui rendent cette série si exceptionnelle.

Comment utiliser ces techniques pour la couverture de votre livre

Faut-il que la couverture de votre livre évoque le récit ? Ou bien est-il préférable qu’elle fasse référence à l’œuvre de l’auteur en général ? Les designs de Gall prouvent que les deux approches fonctionnent très bien, tant qu’elles sont bien exécutées.

La grosse différence [pour le design de livres de poche] c’est qu’il faut mettre plus d’informations sur moins d’espace, tout en s’adressant à une audience plus large.
- John Gall

Faut-il s’orienter vers un design abstrait ou bien une interprétation concrète du récit ? Ici aussi, les deux séries de Gall montrent que les deux options se valent, tant que vous n’en dites pas trop. Si vous choisissez un design concret, intégrer des éléments abstraits (comme Gall l’a fait avec le Pop Art) de façon à éviter d’en dévoiler trop sur l’histoire. Quel que soit votre choix, n’oubliez pas que votre design doit attirer le regard, car les lecteurs portent moins d’attention à la couverture des livres de poche par rapport aux livres reliés. Les livres de poche ne sont généralement pas considérés comme des objets précieux, mais faites preuve d’imagination en jouant sur différentes techniques de composition et de collages pour faire de votre design une véritable œuvre de collection.

Livres reliés

Chip Kidd est le graphiste qui se cache derrière toutes les couvertures des livres reliés de Murakami, aux États-Unis. Son processus est très pragmatique, ce que l’on peut voir dans la qualité sculpturale de ses designs. Chacune des couvertures qu’il a réalisées est remplie de symboles et de références, tout en étant profondément artistique. Tout comme les romans de Murakami.

Illusions d’optique

Kidd a réalisé la couverture du livre le plus célèbre de Murakami, 1Q84, où deux histoires s’entremêlent de manière étrange et inattendue.

Kidd a donc joué avec l’interaction entre le livre et sa jaquette pour traduire cela dans son design : une couverture translucide qui laisse percevoir le visage d’une femme en dessous. Cette composition décalée parvient à communiquer l’idée du passage d’une existence à une autre.

The elephant vanishes cover
via Chip Kidd

L’utilisation des illusions d’optique correspond parfaitement au style de Murakami et ouvre la porte sur d’autres éléments visuels du design qui font eux aussi référence à d’autres aspects du récit.

Éléments sculpturaux

La couverture que Kidd a faite pour Kafka sur le rivage est certainement la plus artistique de toutes les couvertures des livres de Murakami. Pour ce design, le graphiste a collaboré avec le photographe Geoff Spear et le sculpteur Eishi Takaoka.

L’eau et le rivage du design sont en réalité le résultat d’une manipulation photographique réalisée à partir de verre bleu et de sable.

Quatre mots : les chats font vendre
- Chip Kidd

Il a fusionné ces images de manière digitale avec la photo d’une sculpture de Eishi Takaoka. Au dos du livre, on voit un chat en céramique qui a également été photographié et fusionné avec l’image d’un rivage en arrière-plan.

Dans ses autres travaux, Kidd mélange des éléments sculpturaux avec d’autres éléments plus formels, tels que des lignes et des couleurs, pour créer un design unique et très esthétique.

Interprétation littérales

La couverture de Chroniques de l’oiseau à ressorts est probablement l’une des couvertures les plus « littérales » que Kidd a réalisées pour Murakami. Bien que le livre ne décrive jamais à quoi ce fameux oiseau ressemble, Kidd a choisi une image d’un jouet d’oiseau mécanique pour le représenter.

The wind-up bird chronicle cover
via Chip Kidd

Kidd admet qu’une interprétation aussi littérale n’est presque jamais une bonne idée. Il se rattrape sur ce coup-là avec une exécution abstraite de l’image. L’oiseau est tellement gros qu’on ne peut pas le voir en entier sans enlever la jaquette du livre pour la poser à plat.

En rendant les éléments concrets plus abstraits, Kidd garde un certain contrôle créatif et évite ainsi de trop en dévoiler au lecteur.

Comment utiliser ces techniques pour la couverture de votre livre

Les livres reliés sont plus chers que les livres de poche. Ce qui signifie que les lecteurs tout comme les éditeurs en attendent plus en ce qui concerne le design de couverture.

Je crois qu’il est impossible de ne pas intégrer les thèmes d’un livre sur sa couverture. Le tout est de savoir en quelle quantité et comment s’y prendre.
- Chip Kidd

Réfléchissez aux informations du livre qui doivent être mises en avant. Créez ensuite un design qui attise l’imagination des lecteurs et les invite à regarder ce livre-là en particulier, de plus près.

Utilisez l’espace au maximum (la couverture, la jaquette et la tranche) pour créer une expérience visuelle mémorable et faire en sorte que cet ouvrage-là ait une place particulière aux yeux de ceux qui l’achèteront.

Couvertures inspirées des livres de Murakami

Il est fascinant de voir l’impact des célèbres couvertures des livres de Murakami dans le monde du design. Regardez ce que certains de nos designers ont fait, en suivant les pas de Gall et Kidd.

You dont have to say you love me cover
Couverture de livre, réalisée par nevergohungry.
Escapement cover
Book cover by semnitz.
Two Sided book cover
Book cover by Artrocity for Two Sided.
The river of consciousness cover
Couverture de livre, réalisée par Asael Varas.
Slingshot cover
Book cover by ilustreishon for Slingshot.
The intergalactic writers guild cover
Book cover by Pulp ART for The Intergalactic Writer’s Guild.

Les travaux ingénieux de ces graphistes allient le surréalisme, l’abstrait, et les techniques de collage et de composition, ce qui fonctionne très bien pour beaucoup d’ouvrage et constitue un très bon moyen de créer de l’intrigue. N’hésitez pas à vous en inspirer  !

Obtenez un design surréaliste pour la couverture de votre livre.
Laissez nos designers vous surprendre avec leurs superbes designs